BLOOD BAR – Chronique d’Edward Radowsky, novembre 2009

 

Alors que notre chère Belgique ronronne d’aises dans les salons littéraires et mondains parisiens, entraînés par la très charmante Amélie Nothomb, nièce d’un ministre chrétien belge à la retraite, qui défraie la chronique par l’art de porter des chapeaux tous plus bizarres les uns que les autres (et c’est fantastique en soi !), un jeune belge écrit, dans une petite chambre sombre d’un petit appartement bruxellois. Son nom – retenez-le – est Daph Nobody. Pourquoi Nobody ? Parce qu’au début de sa carrière, il avait l’impression de n’être personne. Eh bien c’est faux.

Celui-ci nous avait déjà régalés en 2003 et en 2006, en publiant deux recueils de nouvelles fantastiques, « Les Ténèbres nues « et « La lumières des Au-delà » (édités à la Société des Ecrivains, une très modeste maison d’édition parisienne). Véritables petits bijoux gores, anthropophagiques, ses nouvelles réalistes qui basculent dans l’horreur subtile, furent saluées par la presse. Il y avait du rock, de la coke, de l’hémoglobine dans des bars à sang, de la solitude, une intensité psychologique, du désespoir, et une lettre à David Lynch. Tout un programme se met en place… et pendant trois ans, Nobody, tel un Chris Carter auteur et scénariste des « X-files », approfondit la saga « vampirique » des bars à sang.

Aujourd’hui donc, plus fort encore, il nous revient avec son premier roman : Blood Bar, édité chez Sarbacane. L’histoire que nous conte Nobody est géniale et rompt avec les codes en usage dans les romans vampiriques, qui mettent en scène des êtres supranaturels, d’une race différente donc, dotés de forces physiques et psychiques hors du commun. Ici, ces personnages sont humains : ils ne fuient pas le soleil mortel, ne s’amourachent pas de jeunes vierges humaines, et on ne projette pas sur eux tous nos fantasmes inavoués de puissance « adolescentaire ». Au 21è siècle, la catastrophe climatique annoncée s’accomplit. Une terrible sécheresse s’abat sur notre planète. L’humanité crève de soif. C’est le chaos et le règne de la violence. Le sang devient donc une boisson nécessaire à la survie de l’humanité. Celui-ci est distribué dans les désormais célèbres blood bars, mis en place dans un réseau commercial dense par la Confrérie de l’Artère, fondée par un être rationnel et déraillé, appelé Borderman. C’est à cette époque qu’Alna, la femme d’un certain Jooze Hallaghan, est violée par quatre vendeurs d’eau au porte-à-porte et meurt de désespoir. Le vieil homme, sentant sa fin proche, décide de la venger, quand il rencontre une mystérieuse gamine venue de je ne sais où, mais vachement adaptée à la situation. Voilà pour l’histoire.

Il nous reste en tête des séquences très visuelles, dignes des meilleurs films hollywoodiens. Un homme-distributeur de sang, des accidents de voitures sanglants… un road-movie phénoménal, et pour cause : Nobody est lui-même scénariste pour le cinéma américain. Il a réussi l’exploit de vendre un scénario aux Etats-Unis, avec des têtes d’affiches, c’est le moins qu’on puisse dire, reconnues sans doute jusqu’au fin fond de la Chine et de l’Amazonie. Nobody façonne ses personnages avec une précision chirurgicale, Il est à l’écoute de leurs douleurs, de leurs désirs et de leurs motivations les plus secrètes, ce qui les rend plus vrais et plus effrayants aussi quand ils versent dans la folie. Daph est passé maître dans l’art de l’empathie, et l’on s’identifie à ses personnages. Alors, Daph Nobody, est-il personne ? C’est un pur talent à découvrir, et il est bien la relève tant attendue de la littérature belge qui s’affranchit enfin de la bienséance référentielle à la France pour nous plonger de façon ludique au cœur des problèmes actuels, tel un poète visionnaire. Ne restez pas sourds à son appel au large qui a le mérite de nous transporter vers ce que le meilleur de la littérature peut nous offrir.

Edward Radowsky

Advertisements

~ by daphnobody on February 6, 2010.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: